Aller au contenu Aller au menu principal Aller à la recherche

soutenance de thèse (17/09/2013)

"Impact des aérosols désertiques et du climat sur les épidémies de méningites au Sahel"


Adrien Deroubaix soutient sa thèse dirigée par S Thiria (LOCEAN, UPMC) et N Martiny (CRC, Biogéosciences, UB) le mardi 17 septembre 2013 à 15h30 à Paris 6 - UPMC, 4 place Jussieu Paris (métro Jussieu), tour 22-23, au 4ème étage, salle 401.
Les épidémies de méningites sont un problème de santé publique majeur dans plusieurs pays d'Afrique appartenant à "la ceinture" des méningites. De novembre à mai, c’est la saison sèche au Sahel qui est alors sous le vent d’Harmattan provenant du Sahara et transportant des poussières au niveau du sol. La période du maximum de l’incidence de la méningite (i.e. le rapport entre le nombre de cas de méningites et la population respective) coïncide avec la période des plus fortes températures et concentrations de poussières au Sahel. Une base de données rassemblant les relevés épidémiologiques hebdomadaires et les variables géophysiques a été créée à plusieurs échelles spatiales à partir de quatre variables issues d’ERA-interim (température, humidité, force et angle du vent) et de l’Aerosol Index (AI). L’AI a été préalablement comparé aux concentrations de poussières mesurées au sol dans le contexte des études d’impact des poussières sur la santé. A l’échelle nationale, un décalage d’une semaine a été montré entre l’augmentation de l’épaisseur optique en aérosols et l’augmentation l’incidence de la méningite. Ce décalage temporel a été retrouvé avec l’AI à l’échelle nationale et à l’échelle des districts. Pendant les épidémies, un modèle statistique de l’incidence a été développé à partir de la température et la concentration de poussières, permettant d’expliquer 1/3 de la variance de l’incidence observée. De plus, à l’échelle nationale, les dates de dépassement de seuil épidémique sont particulièrement bien retrouvées (R = 0,94). Ces résultats montrent que le climat et les poussières du Sahara sont des facteurs à prendre en compte pour expliquer la saisonnalité des épidémies.

Présentation rapide

Le Centre de Recherches de Climatologie (CRC) est une équipe de recherche de l'UMR6282 Biogéosciences (CNRS / Université de Bourgogne). Le CRC travaille sur la détection, l'attribution et la prévision du signal climatique et de ses impacts dans l'actuel et le futur. Ses activités sont centrées autour de la régionalisation du climat observé et simulé.

Le CRC est structuré en deux axes thématiques qui mettent en œuvre des méthodes permettant de passer de l'information large échelle (objet des travaux de l'équipe « Dynamique du Climat ») à une information d'échelle plus fine permettant d'évaluer les impacts (équipe « Impacts Climatiques »). Cette méthodologie relève de la statistique (méthodes statistico-dynamiques sur les sorties de modèles; statistiques spatiales;  désagrégation), de l'analyse spatiale (SIG opérateurs d'analyse spatiale vecteur et raster; interpolation spatiale mécaniste ou statistique), ou de la modélisation numérique du climat (modèles régionaux MM5 et WRF, modèle global Arpege-Climat).

Appli Clim

L'Appli Clim du CRC

Analysez l’évolution climatique des 50 dernières années !

APPLI_CRC_small


bandeau-labo4
cnrs
Université de Bourgogne